Archives par mot-clé : recto-verso

Nativité à la Piétà, au commencement …

La genèse d’une oeuvre est toujours complexe et reste de toute façon inexplicable. Ce dessin recto-verso n’échappe pas à la règle…

Lorsqu’il y a bientôt 6 mois, la demande me fut faite de créer une oeuvre pour cette  exposition des crèches de nos villages à Brenouille (Oise), j’acceptais non sans appréhension. En effet, créer sur un tel sujet aujourd’hui, avec tout ce que l’Histoire de l’Art nous a livré en chef-d’oeuvre, me semblait d’abord une gageure que je prenais ensuite comme un défi.

nativite verso 1

Piétà, verso du dessin mis en scène

D’une facture plutôt classique, mon travail s’inscrit effectivement dans une tradition iconographique qui n’a rien d’innovante. Outre le fait que je travaille avec de l’huile de vidange, ce déchet aux vertus  pourtant insoupçonnées, et outre le fait que le dessin recto-verso trouve une dimension sculpturale par sa mise en scène dans la boîte transparente où il est suspendu dans l’espace, comme par magie.

Je  n’ai pas l’âme d’un dévot, loin s’en faut : sans prosélytisme aucun, je reste un laïque convaincu d’athéisme. Et tout cela me semblait rajouter à ma difficulté de traiter un sujet pour lequel je n’ai spirituellement aucune attirance : seule l’ombre sombre d’un caravagisme pouvait m’aider dans cette tâche…

Le défi s’en trouvait donc assez périlleux, et la difficulté aussi de permettre à un tel sujet, usé ?, dépassé ?,  de trouver sa place dans l’espace contemporain (et dans le mien) :  il ne pouvait s’ouvrir à moi par la seule compassion, donc, même si j’ose croire par ailleurs que tous les ingrédients présupposaient cette permission.

nativite recto 2    nativite verso 2

Nativité (recto)                                      Pietà (verso)

Mon alpha était donc noir comme l’huile de mon moteur, et mon oméga l’émotion qu’un tel sujet peut supposer chez celui qui a la foi. J’ai du moins aujourd’hui cette simple et sincère prétention d’avoir abouti,  et l’espoir d’avoir atteint l’objectif de mon sujet qui s’est aussi révélé au moment même où je finissais le dessin. De faire voir la correspondance entre les temps et leurs éléments symboliques qui composent les dessins, eux aussi lisibles dans leurs moments temporels propres et distincts, tel était mon dessein : Joseph (recto) transparaitrait dans la figure de Jésus (verso), la figure intemporelle de Marie continuerait sa percée vers elle-même (recto vers verso)… mais que celle du nouveau-né Jésus transparaisse dans la lumière de son propre devenir comme Esprit-Saint et se retrouve non pas seulement dans le propre sein de Marie (recto), mais exactement en son coeur (verso), je ne m’y attendais pas. Je ne l’ai pas choisi a priori : la gageure s’est révélée au trait de la lumière finale, symétrique et pourtant dé-figuré.

Lawrence

Retour aux galeries

 

 

Lawrence, Nativité à la Piétà, exposition des crèches de Brenouille

Nativité à la Piétà, suite…

Voici, pour vous donner une idée un peu plus précise de ce dessin recto-verso, un nouveau détail du verso cette fois-ci :

Nativite_a_la_pieta_details_tetes

Il s’agit, comme toujours, d’un dessin qui mêle plusieurs techniques graphiques : mine de plomb, graphite, fusain, pastel à l’huile, craie Conté.  Mais s’y rajoutent des moyens picturaux comme l’acrylique, rouge ici, et surtout une quantité d’huile de vidange qui permet d’obtenir un noir profond et intense des deux côtés à la fois, simultanément, lorsque je travaille le dessin :

Detail noir verso Nativite a la pieta

L’ensemble sera ensuite mis sous boîte de verre synthétique, prévue à cet effet, comme pour mes Dorians que vous avez pu découvrir sur ce site, notamment. (ici)

La suite, vous la découvrirez en venant voir l’exposition des crèches grands formats qui se déroulera du 28 novembre au 27 décembre 2015, en l’église de Brenouille (Oise)

Lawrence

Retour aux galeries

Nativité à la Pietà à l’exposition des crèches à Brenouille

Toujours sous l’impulsion de l’association PAT (ici) et cette année encore, Brenouille accueillera en son église une exposition de crèches, cette fois-ci axée sur les grands formats.

Je participerai à cette manifestation qui durera environ un mois, du 28 novembre au 27 décembre 2015.

L’oeuvre que je propose de découvrir, en exclusivité, à cette occasion est un dessin recto-verso sur la thématique de la Nativité. En voici un premier détail de la face recto :

Detail recto Nativite a la Pieta

Voici le début de mon texte motivant le dessin :

Nativité à la Piétà

Comme pour chaque dessin recto-verso, il me faut partir de la lumière…

Pour ce projet, il s’agissait donc que l’esprit de la Nativité, commencement de l’Oeuvre christique, soit révélé par celui de la Piétà, sa finitude : l’Alpha (Α) devait donc précisément s’unir avec l’0méga (Ω) !…

Je vous attends bien évidemment très nombreux et nombreuses à cette manifestation pour découvrir mon dessin, les crèches et aussi la production de quelques autres artistes qui, comme moi,  auront répondu à l’appel de l’association (ici).

A très bientôt

Lawrence

Retour aux galeries

La peinture a le temps

Lorsqu’il parle de son travail, qu’il associe étroitement dans sa genèse à celui de son ami Gorky, Hervé Télémaque nous donne une belle leçon sur le rapport du temps à la peinture. Certains de ses propos fustigent les jeunes artistes qui veulent peindre vite, trop vite même à son goût, comme dans un souci de rentabilité que la société actuelle voudrait nous imposer.

Je ne peux que souscrire à ce point de vue. Les tableaux récents tout comme les derniers dessins recto-verso se nourrissent du temps qui les fait mûrir.  La lenteur est source de  sagesse et de force. Elle permet à l’image de trouver sa place, son émotion et son véritable caractère. Le temps permet aussi et surtout aux différentes strates de se « sédimenter » à la surface du dessin, de la toile, ce que la précipitation n’aurait jamais pu permettre d’instaurer dans l’image. C’est ce qui motive ma peinture aujourd’hui. J’étais pourtant bien sur des tempi plus violents, me faisant moi-même violence pour être dans l’air du temps. Pourtant, je sentais bien une contradiction avec ma nature profonde… laquelle finit par l’emporter : le temps sera mon allié, ou bien l’oeuvre ne sera pas. Et si le temps c’est de l’argent, chacun y trouvera finalement son compte : la qualité au détriment de la productivité ; le sens au détriment de la répétition et des clichés.

Nous avons toujours le choix…

Lawrence

Retour aux galeries